Voyage Été 2005

De Sorel à Rimouski

du 2 Août au 19Août

Places Visitées:

Attention, photos disponibles seulement pour les boutons: Québec, Bergeronnes, Tadoussac et Rimouski.

 

6 Août: Québec-Cap à l'Aigle

Nous avons quitté Québec tôt le matin avec un soleil resplendissant. Près de l'Île-aux-Coudres nous avons vu 2 bélugas. De l'autre côté de l'île, j'ai pris la vague d'un cargo un peu trop de face et le nez du voilier a piqué dans la 2e vague. Malheureusement, nous avions oublié de fermer l'écoutille de la chambre avant et beaucoup d'eau s'est infiltrée à l'intérieur. Mon coffre à outils était sur la couchette et l'eau à fait rouiller la plupart des outils qui s'y trouvaient. Les matelas étaient trempés et le tapis flottait sur 2 pouces d'eau. J'ai tout ramassé l'eau pendant que Sylvie était à la barre et j'ai sorti ce qui avait de plus trempé à l'extérieur pour le faire sécher.

Une autre gaffe que j'ai fais, est de casser la manette d'arrêt du moteur en mettant le pied dessus. À l'avenir, je dois prendre une Vise Grip pour tirer sur la câble. Le restant du trajet s'est passé sans anicroche.

7 Août: Cap à l'Aigle-Tadoussac

Nous sommes encore partis tôt (7h30). En cours de route Sylvie sort du voilier et prend le tapis et me demande s'il est sec. À ce moment elle se tourne pour regarder devant et se fait asperger par un spectaculaire embrun et je lui dis "Il ÉTAIT sec" nous avons bien ri.

Sylvie
Sylvie après l'Embrun

J'écrivais plus haut que nous étions partis tôt mais beaucoup trop tôt, car nous sommes arrivés à la bouée de mi-chenal du Saguenay alors que la marée se battait encore contre le courant du Saguenay et un clapoti du tonnerre nous brassaient. De plus le vent du N-E aidait beaucoup à lever le clapoti plus haut que la normale. Nous étions à moteur et je ne pouvais pas aller directement vers la baie de Tadoussac car les vagues nous arrivaient sur le côté et s'était très inconfortable. Je devais donc louvoyer. Hé oui, même à moteur. Pendant que nous progressions, lentement mais sûrement vers notre but, un coup de vent à prit dans le taud (c'est une toile en Sunbrella qui relie le dodger avec des fermetures éclairs au pataras) et les "zippers" ont cassé. Sylvie a eu toutes les misères du monde à le retenir. Après 1h30 de manège, nous arrivons finalement au quai.

En accostant, Sylvie qui se tenait sur le rail de fargue, tend une amarre à un jeune qui est supposé aider à l'accostage mais il n'a pas vraiment aidé. Il n'a même pas tendu la main pour recevoir l'amarre et Sylvie s'est étirée pour lui donner alors elle a perdu pied et est tombée à l'eau. Pendant ce temps, je regardais derrière pour voir si je n'accrochais pas le bateau qui s'y trouvait quand j'ai entendu crier Sylvie. En me retournant, je ne la vois pas et je comprend vite ce qui est arrivé. J'ai mis plein gaz par en arrière car le pas de mon hélice fait décoller le derrière du voilier à la renverse. Le maître de port, Antoine de son prénom, a été très vite et l'a agripper par le collet pour la sortir de ce mauvais pétrin. Sylvie s'en est sortie avec une belle peur (de se faire fracasser la tête par le voilier) et un bleu sur la fesse, que je me suis occupé avec plaisir, car en tombant sur le quai elle est tombée sur un bite d'amarrage AYOYE!!! Depuis ce temps, Sylvie porte toujours son VFI pour l'accostage. Nos parents étaient sur place mais n'ont rien vus de tout ça, par chance. Nous avons ensuite été manger au resto avec nos parents et avons eu beaucoup de plaisir.

Le fjord Le Magnifique Fjord

Le Fjord

Le Magnifique Fjord

8 Août: Tadoussac-Rimouski

Nous sommes partis un peu tard de Tadoussac car nous nous sommes levés tard mais le skipper du Conquistador nous dit que nous avons le temps de nous y rendre. Alors nous partons. La mer est calme et ressemble à une mer d'huile. En route, nous avons rencontré un banc de phoques. C'était vraiment drôle de les voir tous ensemble et ils avaient l'air de nous suivre. De temps en temps, il y en avait un qui plongeait devant le voilier pour réapparaître derrière.

Les Phoques À l'approche du Bic

Les Phoques

À l'approche du Bic

8 Août: Rimouski

Nous nous sommes promenés en vélo et visité un peu la ville. Le soir, nous avons vu un voilier de 40 pieds arriver sur une remorque. Nous avons jasé avec le propriétaire et avons su qu'il l'avait acheté neuf chez Gagnon à Saint-Paul-de-l'île-aux-Noix. OUIN! ils ne doivent pas faire la même job que moi. Sébastien et Julie, se sont les propriétaires de ce voilier, sont restés 3 jours à Rimouski avec un gars de chez Gagnon pour apprendre un peu comment fonctionne la machine car c'est leur premier voilier.

9 Août: Rimouski

Le matin, nous avons regardez la mise à l'eau de Boréal Blues et avons pris des photos car Sébastien et Julie n'avaient pas leur appareil photo. De toute façon, ils avaient bien d'autres choses à faire que de prendre des photos. En après-midi, nous sommes allés visiter le musée de la mer et le phare de Pointe-au-Père. Nous nous sommes rendus là-bas en vélo et s'était une bonne promenade. Le musée est très intéressant avec l'histoire de l'Empress of Ireland. Après nous sommes montés en haut du phare. Je ne sais pas si je devrais le dire... BOF pourquoi pas. Quand j'étais en haut, je me suis imaginé un de mes amis qui a déjà fait certaines choses en haut... Je me dis que c'est peut-être à cause de lui que l'Emprees of Ireland à couler car il a peut-être changé le code visuel du phare hihihi. Sans rancune mon ami...

Borel Blues Borel Blues

Mise à l'eau de Boreal Blues

Borel Blues

Phare de Pointe-au-Père Phare de Pointe-au-Père Vu d'en Haut du Phare Coucher de Soleil sur la Marina de Rimouski

Phare de Pointe-au-Père et son Musée

Encore le Phare

Vue d'en Haut
Couché de Soleil sur la Marina de Rimouski

10-11 Août: Rimouski

Notre ami Guy est venu nous rejoindre et nous avons été visiter les îles du Bic avec sa voiture et ensuite nous sommes allés visiter le Canyon des Portes de l'Enfer. C'est une très belle place à visiter si jamais vous allez dans ce coin de pays.

Paysage du Bic

La Nature du Bic

Paysage du Bic

Paysage du Bic

La Nature du Bic

Paysage du Bic

Le Pont de l'Enfer

Chute de l'Enfer

Encore la Chute

Le Pont de l'Enfer

Chute de l'Enfer

Encore la Chute

13 Août: Grandes-Bergeronnes

Aujourd'hui nous avons fait du pouce pour se rendre au Musée de la Mer aux Escoumins. C'est finalement un camionneur qui s'est arrêté pour nous y amenez. Le musée était très intéressant car il y avait des plongeurs avec qui nous pouvions parler directement dans la mer. Nous pouvions leurs demander de nous trouver des choses dans l'eau et nous voyions tout ça sur un écran géant. Pour le retour, deux jeunes filles nous ont ramenés jusqu'à la jonction de la 138 et de la rue de la Mer. Je ne sais pas si vous êtes déjà allés à la marina de Grandes-Bergeronnes car à marée basse c'est toujours impressionnant de voir le chenal qui s'y rend.

Brume

Regard sur la Nature

Coucher de Soleil

Brume sur la Marina

Regard sur la Nature

Coucher de Soleil

15 Août: Grandes-Bergeronnes-Cap à l'Aigle

Nous avons arrêtés à Port-au-Persil pour prendre le lunch. Nous nous accrochons à un tangon qui est mis à notre disposition. Nous devons téléphoner à un # de téléphone inscrit sur la bouée mais jamais personne n'a répondu. Je met le zodiac à l'eau, descend le moteur sur le tableau arrière, démarre le moteur et le ?$*$? de moteur s'arrête après 30 secondes. J'étais en TA... puis tout revolait. Après plusieurs tentatives, je décide de faire comme mon ami Guy à fait l'année dernière et je change la bougie. Après avoir remis le capot sur le moteur j'essais de nouveau de le démarrer et ça ne fonctionne toujours pas. Je regarde le moteur de tout bord tout côté pour voir si je n'avais rien oublié et je me rend compte que j'avais oublié d'ouvrir la ligne de gaz, quel Taouin que je suis. J'essais encore de le partir mais en vain. Je vais vraiment finir par le jeter au bout de mes bras ce sapristi de moteur. Nous nous rendons donc sur le rivage à la rame, de toute façon ce n'est pas très loin. Pendant que nous sommes assis sur les roches en train de contempler ce merveilleux fleuve et manger notre lunch, j'ai eu un flash concernant le moteur. Je crois que j'ai oublié de rebrancher le fil de la bougie... Rendu à la marina de Cap à l'Aigle, je vérifie le fameux fil de la bougie. Hé bien, je suis un double Taouin car j'avais oublié de le rebrancher mais s.v.p. ne le dites à personne...

Phare
Phare

19 Août: Deschaillons-Sorel

Le vent s'est levé ce matin et nous pousse sur le bateau que nous avons sur notre tribord car en plus lorsque nous reculons avec le voiler, le pas de l'hélice pousse le derrière du voilier aussi sur tribord. Il est 6h15 du matin et personne ne peut venir nous aidez. J'attache alors une longue amarre sur le derrière tribord du voilier et nous le faisons pivoter de 180 degrés au quai pour partir de l'avant. Ce fut quand même ardu et Sylvie n'a pas réussi à embarquer sur le voilier car le vent était trop fort et que le derrière s'est vite éloigné du quai. Je suis donc parti seul vers Sorel... Mais non voyons, j'ai accosté à un quai un peu plus loin où il serait plus facile d'appareiller.

Notre Départ de Deschaillons Notre Départ de Deschaillons

Notre Départ de Deschaillons

Notre Départ de Deschaillons

Le reste du trajet se passe bien jusqu'à ce je demande à Sylvie de vérifier sous le moteur s'il y avait beaucoup d'eau (nous avions un problème avec le circuit d'eau de mer et nous devions enlever l'eau aux 2 jours). Elle me dit que je dois vider l'eau car il y en a beaucoup. Elle vient alors prendre la barre et quand j'ouvre le compartiment du moteur, je reste surpris de voir l'alternateur bouger d'un bord à l'autre. Je sors dehors et dis à Sylvie de sortir du chenal car on doit mettre l'ancre. Nous sommes alors au milieu du Lac St-Pierre à 1h30 de Sorel et nous avons hâte d'arriver car l'orage s'en vient. Imaginez, le boulon de l'alternateur est cassée et je n'en ai pas de surplus. J'essais par tout les moyens du bord de régler le problème, car c'est la courroie qui actionne ma pompe à prestone, mais en vain. Je décide alors de mettre les voiles mais il n'y a pas beaucoup de vent et il est de direction TRÈS variable. De temps en temps il monte à 7 noeuds et redescend aussi vite à près de 2 noeuds. Des fois nous l'avons de face et d'autre fois à 45 degrés tribord. On recule plus qu'on avance. J'ai alors une idée de génie (ça ne m'arrive pas souvent mais là ça pressait). J'ai pris un boulon de plus petite dimension et plus longue que l'original que j'ai mise dans le trou de l'alternateur. Ensuite, j'ai pris un cordage de 1/4 de pouce que j'ai attaché après cette bolt et l'autre extrémité, je l'ai attacher à la bôme avec un noeud de tendeur, c'est le même noeud que j'utilise pour insataller ma toile d'hiver, qui tend le cordage au maximum. Maintenant que l'alternateur ne bouge plus de bas en haut, je dois maintenant le stabiliser pour ne plus qu'il bouge d'avant à en arrière. J'attache alors un autre cordage à celui que je viens d'installer et je relie l'autre extrémité au piédestal de la barre à roue en passant par une petite fenêtre qui adonne dans le cockpit. Croyez-le ou non, tout ça n'a pas bougé d'un mm pendant les 2 heures qui nous restaient pour se rendre à Sorel. Je ne sais pas si vous le savez, mais maintenant j'ai 3 de ces boulons en extra dans mon coffre de pièces. Bien sûr la prochaine à casser sera celle d'à côté...

La patente On prend les Moyens du Bord Noeud de Tendeur Noeud de Tendeur

La patente

On prend les Moyens du Bord

Noeud de Tendeur
Noeud de Tendeur

Rendu à Sorel, une autre surprise nous attends. La batterie de la voiture est à plate. Nous réussissons à trouver quelqu'un pour nous survolter. Rendu sur le traversier, triple Taouin, j'arrête le moteur par réflexe. On se fait survolter une deuxième fois pendant la traversée. Rendu de l'autre côté, je dois aller faire le plein car je n'ai pas assez d'essence pour me rendre à St-Jérôme. Nous en profitons donc pour aller manger au St-Hubert car de toute façon j'aurai à me faire survolter une troisième fois. Après le souper, je vais à la station-service juste à côté mais comme je ne peux pas faire le plein pendant que le moteur est en marche, j'achète un bidon pour faire le plein. La voiture m'a finalement lâcher 2 semaines après notre retour en revenant du travail et pour mal faire, j'avais oublié mon cellulaire à la maison, quadruple Taouin!!! Pratique n'est-ce pas??? Le problème: un alternateur foutu, j'ai vraiment pas eu de chance avec les alternateurs cet été là...