Voyage Été 2003

De Longueuil à Chicoutimi

du 29 Juin au 29 Juillet

Places Visitées:

Attention, photos disponibles seulement pour les boutons: Tadoussac et Chicoutimi.

 

29 Juin: Longueuil-Sorel

C'est notre premier long voyage avec notre voilier. Mon ami Guy nous accompagnera pour les 10 prochains jours et ça me rassure de pouvoir compter sur un autre homme pour mes débuts. Nous avons pus faire tout le trajet à voile avec un vent de travers et quelque fois au largue. Quelle belle journée de voile!!! Nous avons mouillés l'ancre dans les Îles de Sorel et nous étions bien contents de notre première expérience de voile.

Voile Zodiac Coucher de Soeil
Belle Voile
Promenade en Zodiac
Coucher de Soleil

30 Juin: Sorel-Deschaîllons

Le vent est encore de notre côté. Nous progressons rapidement avec le courant qui nous aide. Un peu avant Deschaîllons, Guy remonte du carré et s'aperçoit qu'il y a de gros nuages qui se dirigent vers nous et me dit: "As-tu vu derrière???". En voyant ces gros nuages, je savais qu'un grain était imminent. Sylvie prend la barre pendant que Guy et moi s'occupons des voiles. Nous avons tout juste le temps de remettre le taud, qui nous sert de bimini et la pluie et le vent se met de la partie. Nous nous faisons brasser comme ça se peut pas. Nous sommes à quelques dizaines de mètres de la bouée D31 mais nous ne la voyons pas. Le vent prend dans le taud et la latte de grand-voile, qui sert à le maintenir à l'horizontal, tombe à l'eau. J'ai essayé de la retenir mais je ne l'ai qu'effleuré. J'appelle la marina de Deschaîllons avec ma VHF Hummingbird mais sans succès. Quelle cochonnerie!!! Quand le grain fut passé, nous nous sommes dirigés vers la marina car nous étions tous trempés jusqu'aux os. Nous prenons un "bon" repas genre poutine au casse-croûte de la marina et faisons une revue sur ce que l'on aurait dû faire et pas faire. Finalement, nous avions fait tout ce qu'il fallait.

Un peu de Voile
Un peu de Voile
Un peu de Voile

1er Juillet: Deschaîllons-Québec

Nous partons tôt ce matin, 6h00, car selon nos calcul de la veille, nous devons arriver aux Rapides Richelieu entre 7h00 et 9h00 car, parait-il, ça peut être l'enfer si nous sommes à cet endroit au mauvais moment. Nous faisons le trajet au moteur car le vent ne s'est pas pointé le bout du nez. Tout se passe très bien jusqu'à Québec et mes calculs fut bon car nous n'avons presque pas refouler. Rendu au Yacht Club de Québec, je demande un quai et on me donne, disons le B13. Je m'avance et rentre entre les sections C et B. Malheur, je me trouve du côté pair de la section B. Pas de problème, je vais reculer. Mais j'en suis à ma première saison de navigation et disons que du reculons, j'ai un peu de misère (à cause du pas de l'hélice). Le derrière va vraiment trop sur tribord alors j'avance en allant sur bâbord, sous la supervision de Guy et Sylvie, et ainsi de suite pour faire un demi-tour complet sur moi-même. Ce fut un peu énervant mais nous nous sommes bien sortis de cette impasse.

2 et 3 Juillet: Québec

Pendant ces 2 journées, nous nous sommes promenés à travers la ville. Je suis allé acheter une nouvelle latte chez St-Onge ainsi que du petit fil pour assurer celle-ci. J'en ai aussi profité pour aller acheter certaines pièces chez Boulet-Lemelin. J'ai aussi réparé la pompe d'eau de mer car elle coulait pas mal. C'était la première fois que je démontais ainsi une partie du moteur et ça me stressait un peu même si j'avais suivi mon cours d'entretien de moteur diesel. Je m'en faisais vraiment pour rien car ce fut un travail très facile à effectuer. Avec le Workshop Manuel, un indispensable selon moi, tout est un jeu d'enfant.

5 Juillet: Québec-Montmagny

Pas de voile aujourd'hui car c'est le calme plat. Nous sommes partis un peu tard de Québec alors nous arrêterons dans les Îles de Montmagny. Je ne suis vraiment pas un spécialiste en mouillage et décide de mettre l'ancre entre 2 petites îles. Je n'avais pas vraiment regardé l'atlas des courants et j'ai fais un fou de moi. J'avais mis une ancre champignon, me servant de sentinelle pour empêcher le câblot de s'enrouler après ma quille à ailette, sur mon câblot d'ancre mais le courant était tellement fort que le câblot était tendu au maximum. Lors de la renverse du courant et à cause du vent, le câblot s'est ramassé sous le voilier et l'ancre champignon à cogner sur la coque pendant presque 6 heures. Ce fut une nuit infernale. J'ai couché dans le cockpit pour essayer de régler le problème à l'étale. À minuit, j'ai pu retirer l'ancre champignon pour retrouver le calme. Pas fort le gars que vous direz... Mais on apprend de ses erreurs.

6 Juillet: Montmagny-Cap à l'Aigle

Ce matin en se réveillant, je pensais avoir le temps de déjeuner mais la renverse est arrivée pendant ce temps alors, nous avons dû attendre midi pour lever l'ancre. Cette dernière était prise entre deux roche, j'imagine, car j'ai dû travailler pendant environ 20 à 30 minutes pour réussir à la remonter. J'étais épuisé et j'avais très mal aux bras.

Lendemain d'une nuit Blanche
Le lendemain d'une Nuit Blanche

Nous avons fait de la belle voile encore aujourd'hui. Ça filait notre affaire et entre Saint-Joseph-de-la-Rive et l'Île aux Coudres, nous avons frôlés les 12 noeuds sur le fond YAHOO!!! Nous voulions prendre un quai à Pointe-au-Pic mais ça n'existait plus et les instructions nautiques, où nous avions lu ça, n'avaient pas encore eu la correction. Nous voulions quand même mettre l'ancre à cette endroit mais nous ne savions pas si nous avions le droit. Nous avons donc décidés de se rendre au port de refuge Cap à l'Aigle. Il me donne un quai un peu trop difficile pour accoster pour un débutant car je dois faire un 180 degrés pour accoster juste de l'autre côté du doigt de dames et j'ai peur d'accrocher l'autre voilier sur mon tribord lorsque je mettrai mon moteur à la renverse. J'avertis les gens du voilier à côté d'où je dois accoster de se préparer à me stopper. Finalement, j'ai fais ça comme un pro. Ne me demandé pas comment j'ai fais, mais tout a bien été. Le gars de l'autre voilier m'a dit que j'allais peut-être un peu vite, mais moi je crois que c'est ça qui m'a aidé.

7 Juillet: Cap à l'Aigle-Tadoussac

Aujourd'hui, nous avons vu beaucoup de baleines. C'était vraiment fantastique de côtoyer ces grands mammifères. Ensuite, nous sommes allés mettre l'ancre dans la baie de Tadoussac. Pey Rouge, Michel de son prénom, un copain que j'ai connu à mon cours d'électricité à bord, vient s'installer derrière moi. Michel est venu à Tadoussac pour s'embarquer avec Damasha afin de vérifier si ses connaissances étaient à jour car il partait ensuite pour le SUD sur son voilier. Nous débarquons pour faire une épicerie. Le soir, au retour, je trouve que mon voilier s'est drôlement rapproché de Pey Rouge. Nous embarquons dans le zodiac et en cours de route, une baleine est venue nous rendre visite à environ 100 pieds de nous. WOW c'était vraiment impressionnant. En embarquant sur le voilier, j'ai constaté que nous avions belle et bien bougé. Par la suite, j'ai essayé de mettre l'ancre pendant environ 2 heures. Monte l'ancre. Descend l'ancre. Essai un peu plus au bord, un peu plus loin. Essai avec 2 ancres empeneler... Tout ça ne fonctionne pas. Quand vient le temps de remonter les 2 ancres, j'ai les 2 bras morts et même Guy à de la difficulté à les remonter. Je dois utiliser le Winch afin de réussir. Michel viendra m'offrir de me mettre à son épaule. Merci Michel!!! Après toutes ces exercice, je m'assois sur la jupe arrière et je cale 3 bières de suite en me disant que je suis peut-être pas fais pour ce genre d'aventure. Guy me regarde et ne dit aucun mot car il connaît la rage que j'ai en-dedans. Je suis vraiment très découragé. Vous comprendrez, dans les récits des années ultérieures, pourquoi j'ai autant peur de mouiller l'ancre.

Haut-Fond Prince Baleine Baleine
Haut-Fond Prince
Baleine
Baleine
Les Baleines
Les Baleines
Les Baleines

10 Juillet: Tadoussac-Ste-Rose-du-Nord

Guy nous quitte ici. Il prendra l'autobus qui le mènera à Montréal. Ça me fait toujours un petit quelque chose quand je quitte quelqu'un et cette fois-ci ne fait pas exception à la règle. En appareillant du ponton de gaz, nous perdons une défense mais l'endroit est tellement exiguë et je ne peux pas reculer (vous savez pourquoi) que je demande à Guy de la récupérer et au retour, je la récupérerai à mon tour.

Que c'est beau le Saguenay!!! Ici, il n'y a pas de danger pour accrocher le fond. Mon sondeur perd le fond de temps en temps et sa limite est 500 pieds. Les falaises sont à couper le souffle et nous pouvons passer très près du Tableau, qui est une falaise très escarpée. Pour la nuit, nous voulions aller au tangon à Ste-Rose-du-Nord mais il n'y en avait plus. Même si ma tante et mon oncle se sont déjà retrouvés à la dérive avec un de ces tangons, je trouvais ça plus safe que de mouiller l'ancre étant donné les mauvaises expérience des derniers jours. En nous retournant vers la rive, nous voyons un quai aménagé pour les plaisanciers adjacent au gros quai de béton pour les bateaux d'excursions. Nous nous y accostons pour la nuit. Pour souper, nous allons manger la meilleure poutine du Québec, selon certain gens rencontrés, quant à moi, je dirais qu'elle est très ordinaire. Par contre, leur crème glacée molle avec du beurre d'érable WWWWOOOOWWWWWW!!! UN PUR DÉLICE!!!

Le Tableau
Le Tableau
LeTableau
Le Tableau
Le Tableau

11 Juillet: Ste-Rose-du-Nord-La Baie

Ça brasse beaucoup sur le Saguenay aujourd'hui. Nous nous rendons pas très loin, c'est à dire la Baie des Ha! Ha! Nous accostons sur le quai qui est près du large car nous essayons de contacter la marina mais ça ne répond pas. Finalement nous y resterons à ce quai, car c'est justement pour les passants. Nous voulons aller en ville mais c'est un peu loin à pied. Nous leur demandons d'appeler un taxi pour nous, mais quelqu'un s'offre pour nous y reconduire. Ils sont bien gentils dans ce coin là, là là... Le gentil monsieur, nous offre même de nous amenez à la passe au saumon. Ce n'était quand même pas à la porte. Ils sont vraiment très gentils dans ce coin là, là là... Nous avons visités la ville et nous voulions trouver une gardienne pour Bibi afin d'aller voir La Fabuleuse Histoire d'un Royaume. Nous nous renseignons à l'information touristique, mais ce genre de service n'est pas offert. Le p'tit gars de l'information touristique me dit que sa blonde pourrait peut-être venir le garder au voilier, il l'appelle donc et YOUPPI!!! ça fonctionne. Nous réservons des billets pour le soir même et prenons un taxi pour retourner à la marina. En arrivant à la marina, il y avait beaucoup plus de défenses et d'amarre après notre voilier, car ça brassait tellement que les gens de la place avaient pris soin de notre voilier en le protégeant. Après le souper, le p'tit gars est venu reconduire sa blonde au voilier et nous a amenés au spectacle. Vraiment gentils je n'en crois pas mes yeux. Mieux que ça il me dit de le rappeler après le spectacle car il viendra nous recherchez. Nous avons beaucoup aimé le spectacle, c'est vraiment grandiose. Pauvres jeunes, ils se sont vraiment beaucoup faient brassés. Les vents ont été féroces toute la soirée et en plus, ils ont dû supporter la senteur de poisson qui régnait dans le voilier car nous avions mangé du saumon pour souper...

La Baie des Ha! Ha!
La Baie des Ha! Ha!

12 Juillet: La Baie-Chicoutimi

Aujourd'hui, nous nous rendons à Chicoutimi. Il faut faire attention à partir de la bouée S30 car les fonds ne sont pas très profonds comparativement au Fjord. Nous passerons nos trois prochaines journées au Club de Yacht de Chicoutimi.

La Petite Maison Blanche La Petite Maison Blanche
La Petite Maison Blanche
La Petite Maison Blanche
La Petite Maison Blanche
La Petite Maison Blanche
La Petite Maison Blanche

13 Juillet: Chicoutimi

Ce matin, nous allons louée une voiture pour nous aider dans nos déplacements. Nous allons acheter des billets, pour le 12 Juillet, pour aller voir le spectacle "Etche Mundo" et nous trouvons une place pour faire garder notre petit Bibi et c'est un vétérinaire qui offre ce service. Nous en profitons le restant de la journée pour visiter la ville.

14 Juillet: Chicoutimi

Nous allons conduire Bibi chez la gardienne et profitons de la journée pour aller dans les endroits où il ne peut pas venir. Nous visitons le Centre Plein Air Bec-Scie et le Parc de la Rivière-du-Moulin. Le soir, nous allons voir le spectacle. Ce fut une très belle journée bien remplie.

Canyon de la Rivière-à-Mars Parc de la Rivière-du-Moulin Parc de la Rivière-du-Moulin
Canyon de la Rivière-à-Mars
Parc de la Rivière-du-Moulin
Parc de la Rivière-du-Moulin

15 Juillet: Chicoutimi-Baie Éternité

Il est 8h00 et nous appareillons du quai de Chicoutimi. Nous arrivons à Baie Éternité vers 13h00 et nous nous accrochons à un tangon. Ça fait maintenant une semaine que Sylvie et moi sommes seul et je m'ennuie un peu de mes amis... Nous mettons le zodiac à l'eau pour faire un tour dans la baie. À un moment, j'attend au loin: Ben, qu'est-ce que tu fais là??? Je me retourne, mais j'ai un peu de la difficulté à voir c'est qui, mais c'est une voix féminine. En me rapprochant, je m'aperçois que c'est une amie qui travaille avec moi... La Belle Anick!!! Mais toi, que fais-tu ici??? de répondre à mon tour, sachant très bien quelle est native du Lac St-Jean mais un peu loin de son village. Elle fait du kayak avec son garçon et Maxime commence à être tanné de pagayer. Avant même de savoir que c'est nous, Max a dit à Anick: On devrais demander à ces gens là-bas, en zodiac, de nous ramenez au bord... Anick lui dit que ça ne se fait pas, mais en regardant comme il faut, elle voit Bibi et ensuite Sylvie et c'est à ce moment là qu'elle se rencontre que c'est nous. Nous les avons tirés un peu, mais ce n'était pas évident car le kayak se promenait d'un bord à l'autre... Non mais, quel adon... Je m'ennuie de mes amis et en voilà une qui se pointe à l'horizon. Pourtant, elle n'était là que pour quelques heures et nous aussi... Ça m'a fait du bien et c'est dommage qu'elle n'est pas été avec Pascal, son chum, car on aurait pu se faire un bon petit souper tous ensemble...

17 Juillet: Baie Éternité-Anse St-Jean

Aujourd'hui, nous n'allons pas très loin car le temps n'est vraiment pas sûr. Nous arrêtons donc à l'Anse St-Jean. J'y vois un voilier comme le nôtre, le Lotus Bleu. Je suis content car je me demandais si le fait que notre voilier penchait sur tribord était normal et j'ai pus voir que celui-ci faisait la même chose. En après-midi, je vais à l'épicerie et la dame de la marina m'y amène mais ne pourra pas me ramener mais elle me dit de demander au livreur de me ramener car il a souvent à faire dans le coin de la marina. Après mon épicerie, je demande au livreur mais il en a pour au moins 20 minutes avant de partir. Je lui dis que je ferai du pouce et que si jamais il me voit encore sur le bord de la route, qu'il me ramasse en passant. À peine ai-je traversé la rue et lever le pouce que le premier camion rencontré s'arrête... Vraiment du BON monde dans ce coin là, là là... Il se rendait à la boulangerie, qui en passant vend de l'excellente tourtière, mais il est venu me reconduire jusqu'à la marina...

19 Juillet: Tadoussac

Nous voulons aller voir les baleines et nous y allons à moteur car le vent n'est pas présent. Sylvie est dans le carré en train de faire le lunch lorsque le brouillard se lève. Quand elle sort dehors, elle voit... c'est à dire elle NE voit pas grand chose et me demande si ça fait longtemps que c'est ainsi... Non, ça vient juste d'arriver. J'allume le radar, mais je n'ai pas encore l'habitude de le lire et la superposition de la carte et du radar n'est pas bonne. Je décide de mettre seulement le radar et de m'enligner entre les bouée pour retourner à la marina pendant que Sylvie fait les bons signaux avec la corne de brume.

20 Juillet: Tadoussac

Il y a toujours de la brume et nous voulons traverser à Rimouski. Comme nous en sommes seulement à notre première année de navigation, nous ne voulons pas trop prendre de risque alors nous restons à quai. Nous jasons avec des gens de deux autres voiliers, et eux, s'en retournent vers l'Île d'Orléans, leur port d'attache. Nous décidons de nous joindre à eux car nous ne voulons toujours pas prendre de chance. Déjà que nous nous soyons rendus jusqu'ici, nous nous trouvons pas si pire pour notre première année.

21 Juillet: Tadoussac-Cap à l'Aigle

Belle journée avec un peu de brume le matin mais elle s'est dissipée assez rapidement. Nous rentrerons au port de refuge Cap à l'Aigle à la noirceur mais tout a bien été. Après le calcul de notre heure d'arrivée à St-Jean-Port-Joli, nous décidons tous ensemble de partir à 6h00 le lendemain car il faut rentrer à la marina, de mémoire, 2 heures avant la marée haute car la marina assèche à basse mer.

Petite Brume Petite Brume
Petite Brume
Petite Brume

22 Juillet: Cap à l'Aigle-St-Jean-Port-Joli

C'est le calme plat ce matin sur le fleuve. Ce sera une belle traversée, que nous pensions. Rendu à la traverse St-Roch, la marée montante contre le courant et les vents, nous font brassés pas mal. Je n'ai pas déjeuner et le mal de mer me poigne d'aplomb. Je mange des biscuits soda pour me retaper l'estomac et ça fonctionne pas trop pire. Nous déroulons le génois pour stabiliser le voilier. La pluie s'est même mise de la partie. Nous arrivons finalement vers 12h00 et il était vraiment temps car nous commencions à trouver ça un peu long.

Traverse St-Roch Amis de la Marina Saint-Laurent
Traverse St-Roch
Amis de la Marina Saint-Laurent

23 Juillet: St-Jean-Port-Joli-Île d'Orléans

Certain nous ont dit que nous pouvions partir 2h30 avant la marée haute alors nous partons. Les deux autres voiliers que nous suivons passe sans problème, mais nous tournons un peu trop loin et nous nous prenons dans la vase... Ce n'est pas grave car la marée monte et 10 minutes plus tard nous sommes libre à nouveau. Le reste de la journée a bien été.

24 Juillet: Île d'Orléans-Québec

Ce fut difficile d'appareiller du quai car le vent était très féroce et nous poussait sur le quai donc par le fait même sur le bateau devant nous. Nos amis, rencontrer à Tadoussac et avec qui nous avons fait le voyage Tadoussac-Îles d'Orléans, sont venus nous aidés. En laissant l'amarre arrière attachée au quai et des défenses sur l'arrière tribord du voilier, nous avons mis le moteur à la renverse et avons pu faire décoller le devant du voilier pour pouvoir repartir de l'avant. Rendu dans le fleuve, j'ai monté la grand-voile mais j'avais oublié de choquer l'écoute. Lorsque Sylvie à tourner pour être vent arrière, je n'avais pris aucun de ris, en passant au vent de travers le voilier s'est mit à gîter beaucoup trop pour elle et s'est mise à paniquer. J'ai tout affalé avant que la chicane éclate... Tout ça est un peu de ma faute, j'ai voulu aller trop vite et je n'ai pas fait attention aux peurs de ma douce. À l'avenir, je ferai plus attention.

25-26-27 Juillet: Québec

Nous avons restés 3 jours à Québec, au Bassin Louise, car la température n'est pas avec nous. Nous avons flânés à Québec pendant ce temps et Sylvie en a profité pour aller voir Elvis Story. Ça devient très long et plusieurs voiliers remettent leur départ pour le Lac Champlain jour après jour.

28 Juillet: Québec-Portneuf

Le matin, je suis parti en voiture avec deux autres personnes d'autres voiliers, ceux qui attendent pour aller au Lac Champlain, afin de voir l'état du fleuve près du pont de Québec et ça l'air pas si pire. Nous décidons tous ensemble de partir avec la marée, en après-midi, qui nous aidera à nous rendre à Portneuf. En revenant, j'en profite pour arrêter chez Boulet-Lemelin pour acheter une défense que j'ai perdu entre Cap à l'Aigle et Saint-Jean-Port-Joli.

En route vers Portneuf, la pluie nous est tombée dessus et nous avons eu droit à une très belle arc-en-ciel. Nous sommes arrivés à la tombée de la noirceur et en accostant au quai de Portneuf, je ne savais pas que les quais était court et j'essayais d'avancer pour avoir le bout du quai près de l'arrière du voilier jusqu'à ce que la fille de la marina me crie d'arrêter car ça faisait un bout de temps qu'elle retenait le devant du voilier pour qu'il ne rentre pas dans le quai... Non mais, j'ai eu l'air fou une fois de plus...

Arc-en-Ciel
Arc-en-Ciel
Arc-en-Ciel
Arc-en-Ciel
Arc-en-Ciel

 

29 Juillet: Portneuf

Belle journée avec un départ à 6h00. Nous sommes arrêtés à l'Île aux Sables dans les Îles de Sorel afin de servir de festin aux éléphants à chevreuils... Elles sont vraiment énormes les mouches dans ce coin là...

30 Juillet: Sorel

Et voilà, la boucle est bouclée... Nous sommes bien content d'arriver car c'est des longues journées au moteur contre courant et vent. L'accostage se fait sans anicroche car on dirait que j'ai pris de l'expérience pendant ce mois-ci.

 

Lendemain d'une nuit Blanche